Risque des chutes plus probable et grave pour les malades de Parkinson.

Risque des chutes plus probable et grave pour les malades de Parkinson.

Le risque des chutes pour les personnes âgées est très élevé. Plus encore pour ceux qui souffrent de Parkinson. Pour eux peut représenter le début de la perdre d’indépendance.

Selon des études une femme sur deux et un homme sur cinq surviens dans un traumatisme orthopédique, au moins une fois dans leur vie. Plus élevé les chutes pour les personnes malades de Parkinson.

Les fractures sont plus probables dans les sujets masculins que féminins, parce que la maladie montre une prédilection plus élevé du 50% dans les hommes. Dans une étude publiée sur la revue international PlosOne, s’explique comme les malades de Parkinson présentent une risque double des fractures fémorales, par rapport au reste de la population.

Un patient malade de Parkinson qui subit une opération, risques pneumonies, infections urinaires, complications chirurgicales avant et après l’opération comme plaies, défaillances dans l’insertion des prothèses, infections et risque des fractures.

C’est documenté qu’un malade de Parkinson ne décède presque jamais au cause de sa maladie, mais pour des conséquences indirectes qu’elle implique : les chutes et les traumas accidentelles sont les principales causes de décès.

Selon des autres études scientifiques une fracture de hanche dans un patient parkinsonien, établies dans le 10% des cas et dans un délai d’un mois sa mort, à cause des complications. Egalement moins de la moitié rentre à la maison.

Dans une étude publiée sur la revue International Journal of Engineering and Innovative Technologies, a souligné comme la thérapie AMPS effectué avec le dispositif Gondola, réduits les troubles moteurs et le risque des chutes déjà après la première stimulation.
Rétablir, au moins partiellement sécurité et équilibre dans les mouvements, améliore la qualité de vie du patient et de sa famille.

Le professeur et un des auteur de l’étude Fabrizio Stocchi, responsable du centre San Raffaele Pisano de Rome ( IRCCS ), précise :

La thérapie AMPS a un effet positif sur la Bradykinésie (le ralentissement dans les mouvements) et il améliore la vitesse dans la marche, la longueur du pas et la stabilité pendant le mouvement. Dans l’étude, l’amélioration de quelques parements il est augmenté de 50% à la comparaison de la valeur relevée avant la stimulation.